Témoignages et articles

Les Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs

Dans la presse écrite

Le Monde de l’éducation, Témoignage chrétien, Le Républicain lorrain, Le Monde, ...

« …Chaque individu a quelque chose à transmettre à l’autre : un métier, une philosophie, une passion… Le savoir cesse d’être une source de différenciation sociale mais circule des uns aux autres… »

Le Monde de l’éducation
« Le nouvel accès au savoir »- mars 2003

« Des ballons colorés flottent dans l’air. Des enfants de toutes nationalités jouent et s’interpellent. Les parents discutent par petits groupes…Mais ce n’est pas une fête de quartier comme les autres. Elle est organisée par le Réseau d’échanges de savoirs de Belleville. Il suffit de regarder les inscriptions tracées au feutre sur les ballons pour comprendre de quoi il s’agit : Katia, 6 ans, « offre du ping-pong et demande des maths » ; Mamadou « échange la bambara sa langue d’origine, contre des cours de Français… »

Témoignage chrétien
28 juillet 1990

« …Dans une ville nouvelle où l’on dit que personne ne se connaît, où les gens sans racine arrivent et repartent, le réseau crée un point d’ancrage et d’écoute et devient, un formidable outil d’intégration …».

Le Républicain lorrain
« Je sais coudre, apprends-moi la cuisine » - 1er juin 2000 

« …L’association a permis à quelques uns de s’intégrer, comme cette jeune d’origine africaine qui a suivi pendant cinq ans des séances de Français et de biologie avant de passer son diplôme d’infirmière… »

Le Monde
«Des associations pour favoriser les échanges de services entre particuliers » - mercredi 23 avril 2003 

 « …Cet informaticien de 74 ans…aime donner son savoir pour se sentir utile, rappelant au passage, avec aigreur à quel point notre société fait l’impasse sur l’expérience des anciens… »

Libération
« Le savoir autour d’un comptoir » 19 février 2001

« A Belleville, on apprend des choses. Un peu comme à l’école, sauf que les élèves et les enseignants ont entre 6 et 12 ans. Les petits garçons et les petites filles prennent chacun, conscience de leurs aptitudes. Partager les connaissances avec d’autres leur donne le désir de les développer et la curiosité d’en construire d’autres… »

Lien social
« Histoire d’un réseau de savoirs entre enfants » - 20 juin 2002

« …. les Réseaux de formation réciproque sont pour nous une des réponses aux besoins de la population et nous pensons que leur esprit devrait s’appliquer à tous les domaines de l’action municipale… »

 

Le Monde de l’éducation
« Le nouvel accès au savoir »- mars 2003

 « Des ballons colorés flottent dans l’air. Des enfants de toutes nationalités jouent et s’interpellent. Les parents discutent par petits groupes…Mais ce n’est pas une fête de quartier comme les autres. Elle est organisée par le Réseau d’échanges de savoirs de Belleville. Il suffit de regarder les inscriptions tracées au feutre sur les ballons pour comprendre de quoi il s’agit : Katia, 6 ans, « offre du ping-pong et demande des maths » ; Mamadou « échange la bambara sa langue d’origine, contre des cours de Français… »

Témoignage chrétien
28 juillet 1990

« …Dans une ville nouvelle où l’on dit que personne ne se connaît, où les gens sans racine arrivent et repartent, le réseau crée un point d’ancrage et d’écoute et devient, un formidable outil d’intégration …».

Le Républicain
« Je sais coudre, apprends-moi la cuisine » - 1er juin 2000

« …L’association a permis à quelques uns de s’intégrer, comme cette jeune d’origine africaine qui a suivi pendant cinq ans des séances de Français et de biologie avant de passer son diplôme d’infirmière… »

Le Monde
«Des associations pour favoriser les échanges de services entre particuliers » - mercredi 23 avril 2003

« …Cet informaticien de 74 ans…aime donner son savoir pour se sentir utile, rappelant au passage, avec aigreur à quel point notre société fait l’impasse sur l’expérience des anciens… »

Libération
« Le savoir autour d’un comptoir » 19 février 2001

« A Belleville, on apprend des choses. Un peu comme à l’école, sauf que les élèves et les enseignants ont entre 6 et 12 ans. Les petits garçons et les petites filles prennent chacun, conscience de leurs aptitudes. Partager les connaissances avec d’autres leur donne le désir de les développer et la curiosité d’en construire d’autres… »

Lien social
« Histoire d’un réseau de savoirs entre enfants » - 20 juin 2002

« …. les Réseaux de formation réciproque sont pour nous une des réponses aux besoins de la population et nous pensons que leur esprit devrait s’appliquer à tous les domaines de l’action municipale… »

Jacques Guyard
Député Maire d’Evry (1983-2002/2001) - Actes du colloque de 1987

« … à l’heure actuelle, l’une des recherches en pédagogie qui devrait être la recherche fondamentale, c’est d’établir et de faire pratiquer par nos élèves, dès leur entrée à l’école et à quelque âge que ce soit, des responsabilités d’entraide mutuelle, de coopération [….]. « J’apprends pour moi et pour les autres, par moi et par les autres. » »

André de Péretti
Chercheur en Pédagogie - Actes du colloque de 1991

« [….] tout peut commencer à changer lorsque le message d’une telle expérience se transmet et se diaspore partout où se pose le problème de l’éducation. Et alors, de nouvelles expériences peuvent s’effectuer, communiquer entre elles, constituer un réseau de réseaux, des réseaux de réseaux, et ce qui était déviance marginale devient tendance minoritaire mais active jusqu’à, peut-être, devenir la tendance principale, ce que je souhaite. »

Edgar Morin
Sociologue - Préface de l’« Ecole éclatée », 1981

« Les Réseaux d’échanges réciproques de savoirs sont tout à la fois un mouvement social qui recrée des rapports sociaux et un mouvement de recherche intérieure qui redonne aux individus qui en sont membres une dignité à leurs propres yeux ».

Patrick Viveret
Philosophe - Préface de « Echanger les Savoirs », 1992

« L’enjeu des Réseaux n’est ni uniquement pédagogique, ni exclusivement économique ou social ; il ne s’agit pas seulement de rénover l’école et l’enseignement, d’améliorer les relations entre les personnes ou d’éviter la déperdition des savoirs en favorisant leur mutualisation… il s’agit de « l’humain » et du pari […] de la promotion de l’humain dans chaque homme »

Philippe Meirieu
Préface de « Les savoirs, la réciprocité et le citoyen », 1998

Les Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs « … posent « l’échange réciproque » comme désormais essentiel à la qualification d’un savoir, pour que celui-ci soit défini véritablement comme humain » […] dans ces Réseaux, « la légitime intention d’instruire » autrui est possible pour tous.

Daniel Hameline, Professeur honoraire en Sciences de l’Education
« Réciprocité et Réseaux en formation », 2000 - N° 144, Revue Education Permanente

« Ainsi, les réseaux d’échanges réciproques de savoirs annoncent cet homme égalitaire, qui se moque des centres, pense en Réseau et agit en proximité. Ils promeuvent du même coup, cette culture nouvelle, cette démocratie enfin possible, bref, ce monde qui vient. »

Michel Serres, philosophe
« Des savoirs en abondance », 1999

Dans les réseaux d’échanges réciproques de savoirs : « […] une mise en oeuvre, particulièrement accordée à notre temps, du principe de générosité énoncé par Coménius, il y a trois siècles, dans sa Grande didactique : « Tous les savoirs pour tous les hommes et avec tous les moyens compatibles avec la dignité humaine. » »

« Bref, les enseignants comprendront que les « réseaux » ne sont pas, pour l’École, un gadget supplémentaire ou une méthode parmi d’autres, mais un précieux levier pour lui permettre d’être fidèle aux principes qui l’instituent : l’éducabilité de tous plutôt que l’élimination du « maillon faible », l’exigence de précision, de rigueur et de vérité plutôt que les rapports de force ou de séduction, la solidarité dans l’apprentissage plutôt que l’arrivisme individualiste. »

Philippe Meirieu
Préface de « Echanger des savoirs à l’école », 2004

Document FORESCO (formations réciproques, échanges de savoirs, créations collectives)
Organisme de Formation Professionnelle déclaré sous le numéro 11910102891
Association agréée "Association Nationale de Jeunesse et d'Éducation Populaire"
Adresse postale: B.P.56 91002 Évry cedex Téléphone: 01 60 78 68 55

​"Votre savoir est utile, partagez-le"

Evènements